R.U.S. Beloeil : site officiel du club de foot de Quevaucamps - footeo

NordEclair - La RUS Belœil n’enfinit plus de décevoir

23 octobre 2017 - 18:00

AC Le Rœulx 3

RUS Beloeil 1

Les buts : 20e Debruille (1-0), 53e Sotgiu (2-0), 55e Debruille (3-0), 67e Van Waeyenberge(3-1)

Le Rœulx : Pirrera, Romani, Chaouch, Moreau, Circina, Florue, Di Giuseppe, Impela (85e Scelso), Debruille (77e Deliboyraz), Sotgiu (90e Rocchetti), Fragapane

Belœil : Baneton, Fretin (67e Dupont), Bronier, Mars, Pierart, Urbain (83e Baysal), Vandenberghe, Saval, Fidalgo (67e Basan), Abidellah, Van Waeyenberge

Cartes jaunes : Mars, Fretin, Rocchetti

Deux points séparaient les deux formations avant une rencontre, déjà, à ne pas perdre. Les premières minutes étaient assez brouillonnes et il fallait un tir lointain d’Impela, difficilement capté par Baneton, pour mettre le feu aux poudres (8e), Urbain lui répondant au quart d’heure mais voyant sa frappe stoppée par Pirrera. Quelques minutes plus tard, Fragapane trouvait Debruille, qui laissait son garde du corps sur place avant d’ouvrir le score. Deux minutes plus tard, Baneton sortait avec à propos dans les pieds de Fragapane et repoussait ensuite l’envoi puissant de Sotgiu. Après les citrons, l’équipe locale décidait de passer la seconde : Sotgiu récupérait un dégagement à 30 mètres du but et plaçait le cuir hors de portée du dernier rempart visiteur. Le break était fait, avant le 3-0 et un 3-1 anecdotique.

Dans les rangs de Belœil, c’était la soupe à la grimace après cette nouvelle défaite et Sébastien Terlin tirait un triste constat : «  Il faut comprendre que nous sommes partis pour jouer le maintien et que dans ce cas de figure, il faut commencer par réussir à garder le zéro derrière. Nous prenons encore trois buts sur autant d’erreurs individuelles. Nous avons de bons joueurs, mais ça ne fonctionne pas et il faudra en tirer les conclusions en interne. Pour ma part, je ne fuis pas mes responsabilités Avec un 6/27, il est temps de tirer la sonnette d’alarme  ».

Cédric ADAM

 

Belœil maintient sa confiance en Terlin

Les mauvais résultats, Terlin n’en dort plus.Les mauvais résultats, Terlin n’en dort plus.

Beloeil est la grosse déception de ce début de saison. Si la pression monte à l’Union, c’est surtout sur le groupe qu’elle est exercée ! Christophe Debaisieux, manager de la RUSB, n’hésitera pas à enlever quelques « pommes pourries » du panier en cas de nouvelle désillusion dimanche contre le PAC/Buzet.

6 sur 27 pour Beloeil qui était clairement candidat au top 5 en début de saison : dire que le début de saison de l’Union est décevant est un euphémisme ! Même si le noyau est handicapé par quelques blessures, on ne peut pas parler d’hécatombe, comme ce fut le cas durant pratiquement toute la saison écoulée ! Christophe Debaisieux, manager des fusionnés, ne se voile pas la face : «  Ce départ est catastrophique et nous ne nous y attendions pas. Il y a quelques absents et d’autres ne répondent pas du tout aux attentes. Nous devons aussi admettre que nous nous sommes plantés sur quelques éléments. Comme Laporte ! Voilà plus de deux semaines que nous n’avons plus aucune nouvelle du gardien !  » Battu au Rœulx, une équipe qui milite dans la deuxième moitié de tableau, Belœil reste antépénultième. De quoi accentuer la pression qui ne repose en aucun cas sur le coach, Sébastien Terlin ! «  Clairement, j’ai encore discuté avec lui. Il a l’entière confiance du club. Lui et son staff se décarcassent pour placer les joueurs dans les meilleures conditions. Leur travail est toujours impeccable. Nous ne sommes pas du genre à nous séparer d’un entraîneur. Surtout quand il s’agit du meilleur coach de la série !  », poursuit Christophe Debaisieux.

 

Des joueurs en danger

Le discours du manager est bien différent au moment d’évoquer la situation des joueurs. «  Je pensais que nous étions partis après notre succès à Gosselies. Mais tout est tombé à l’eau. Pourtant, je n’ai pas encore vu d’équipe plus forte que nous dans le jeu. Mais nous avons l’art de nous mettre en difficultés tous seuls. Nous allons encore attendre le match très important du prochain week-end. Nous recevons en effet Pont-à-Celles, qui a dix points. Si les choses ne s’améliorent pas et qu’il faut éjecter des pommes pourries, je n’hésiterai pas.  »

Car Belœil ne peut plus attendre, sous peine de vivre une nouvelle saison très pénible. «  Nous visions le top 5 ou une participation au tour final. Il reste deux tranches. Je ne suis donc pas encore inquiet et je trouve qu’il est trop tôt pour revoir les objectifs à la baisse. Surtout quand je vois la qualité que recèle le noyau !  » Il serait donc temps que celle-ci s’exprime…

Christophe Caulier

 

Terlin réaliste: «Sur les mêmes bases que l’an dernier»

Sébastien Terlin ne fuit pas ses repsponsabilités au moment d’évoquer le début de saison loupé de son équipe. «  L’an dernier, nous avions signé un 8 sur 30 lors de la première tranche. Nous sommes donc sur les mêmes bases  », regrette-t-il. «  Et je prends une part de responsabilité dans ce mauvais départ.  » Pourtant, le coach met tout en œuvre pour redresser la barre. «  Désormais, les joueurs sont filmés. J’ai l’impression que cela leur avait fait du bien pour le match à Gosselies. Je me remets toujours en questions. Croyez-moi, je passes des nuits blanches du dimanche au lundi, en me demandant ce qui n’a pas fonctionné. Nous recevrons Pont-à-Celles dimanche : un match à six points ! Je ne suis pas sûr que tous les joueurs soient conscients de la gravité de la situation. Vu le classement, notre priorité va désormais au maintien. »

Commentaires