R.U.S. Beloeil : site officiel du club de foot de Quevaucamps - footeo

NORDECLAIR - Coupe du Hainaut: Beloeil aimerait se relancer via la coupe

1 novembre 2017 - 09:31

Les hommes de Sébastien Terlin ont rendez-vous avec Templeuve ce mercredi 1er novembre.

La coupe du Hainaut peut-elle constituer pour la RUS Beloeil une parenthèse enchantée dans un championnat qui ressemble pour l’instant à un long chemin de croix ? Le match de ce mercredi à Templeuve (P2A) le dira. Sébastien Terlin l’espère, même si ses pensées sont déjà tournées aussi vers le déplacement en championnat à Ath de ce samedi soir.

"Nous allons aborder trois derbies. D’abord celui à Templeuve ce mercredi en coupe, puis le déplacement au Pays Vert samedi en championnat et la réception de Péruwelz une semaine plus tard. Quoi qu’il arrive, nous devons continuer à rester positifs. C’est vrai que pour l’instant, ce brin de réussite nous fuit. Encore dimanche face au PAC, nous ratons un penalty et dans la foulée, l’adversaire ouvre le score alors que nous devions mener 2-0 au vu du nombre d’occasions", souligne le T1 de Beloeil. "Quand vous êtes déjà dans le doute, souvent, les éléments sont contre vous. Je ne veux pas évoquer les absences comme excuse mais Delitte nous a manqué dimanche au milieu, par son volume de jeu. Et puis, nous ne pouvons toujours pas compter sur Palisse devant. Sa présence permettrait de libérer un peu Van Waeyenberge, qui est encore jeune pour supporter tout le poids de l’attaque même s’il réalise de bons matchs. J’espère quand même que la réussite va nous sourire un peu."

Malgré ce 6 sur 30, Sébastien est bien décidé à poursuivre sa mission. Et les dirigeants aussi. "Nous n’avons rien à lui reprocher. Bien au contraire. C’est un très grand coach", assure Christophe Debaisieux, le manager.

À Templeuve, auteur d’une belle première tranche en championnat, Jean-Do Vessié entend bien jouer sa chance. "Je ne compte pas faire tourner mon noyau pour ce match. Dans nos rangs, Lestavel et Dupont sont blessés", explique le T1 de la Providence.

 

Geoffrey Devaux

Commentaires